Posts Tagged ‘mode’

Virée des ateliers cuvée 2013

mai 2, 2013

LA VIRÉE DES ATELIERS du 9 au 12 mai 2013

Profitant d’un engouement toujours croissant, LA VIRÉE DES ATELIERS convie cette année la population à des rencontres privilégiées avec une centaine de créateurs en arts visuels, métiers d’art et mode dans de multiples disciplines : la peinture, la sculpture, la photographie, la joaillerie, la reliure, la céramique, le verre, les luminaires, la chapellerie, la confection de vêtements, etc….

Du 9 au 12 mai prochain,  au cœur du pôle créatif des Faubourgs, les visiteurs pourront  arpenter les corridors pour découvrir à leur gré au-delà de 80 ateliers de la rue Parthenais. En plus d’avoir accès aux lieux de création de l’édifice Grover qui font le succès de l’événement depuis ses débuts, les amateurs pourront aussi visiter plusieurs ateliers du Chat des artistes et de la Coop Lezarts. Une virée privilégiée pour rencontrer des créateurs, découvrir leur art et visiter des lieux inspirants.

En 2012, plus de 6 000 visiteurs ont participé à la Virée des ateliers. Venez faire votre tour, nous vous attendons !

Pour voir la liste des participants www.lavireedesateliers.com

Édifice Grover   2065 Parthenais

Le Chat des artistes   2205 Parthenais

Coop Lezarts   2220 Parthenais

Du 9 au 12 mai 2013

Jeudi 17h à 21h  

Vendredi 11h à 21h

Samedi et dimanche 11 h à 17 h 

943145_388934117886472_2074347424_n

Publicités

La Virée des ateliers

avril 23, 2012

LA VIRÉE DES ATELIERS : 5e ÉDITION DU 10 AU 13 MAI 2012

Profitant d’un engouement toujours croissant, LA VIRÉE DES ATELIERS convie cette année la population à des rencontres privilégiées avec une centaine de créateurs en arts visuels, en métiers d’art et en mode. Du 10 au 13 mai prochain, dans une ambiance conviviale, les visiteurs pourront  arpenter les corridors pour découvrir à leur gré au-delà de 80 ateliers de la rue Parthenais, au cœur du pôle créatif des Faubourgs. En plus d’avoir accès aux lieux de création de l’édifice Grover, qui font le succès de l’événement depuis ses débuts, les amateurs pourront aussi visiter une vingtaine d’ateliers du Chat des artistes qui se joignent nouvellement à la fête, preuve du dynamisme et de l’expansion qui marquent cette 5e édition. Une virée privilégiée pour rencontrer des créateurs, découvrir leur art, visiter des lieux inspirants et dénicher le cadeau parfait pour la Fête des mères qui coïncide avec le dimanche de l’événement!

Venez faire votre tour, nous vous attendons.

Édifice Grover : 2065, rue Parthenais

Le Chat des artistes : 2205, rue Parthenais

Du 10 au 13 mai 2012

Jeudi 10 mai de 17 h à 21 h – Vendredi 11 mai de 11 h à 21 h

Samedi 12 mai de 11 h à 17 h – Dimanche 13 mai de 11 h à 17 h

Pour voir la liste des participants www.lavireedesateliers.com

Des fleurs, des tissus et un savoir-faire exceptionnel

février 6, 2012

Marcelle Guillet perpétue l’art de son arrière-grand-mère.

Fabricant de fleurs artificielles, la maison Guillet est créée en 1896 par Marie Guillet, arrière-grand-mère de la dirigeante actuelle. Marie Guillet, brodeuse de chasubles religieuses, s’installe à Paris à la mort de son époux. Elle apprend alors le métier de fleuriste. Elle fabrique des fleurs de tissus pour les églises et les mariées. Son fils André lui succède. Il crée essentiellement des feuilles pour les garnitures de chapeaux. Il les exporte également, par wagons, dans les pays d’Amérique du Sud. Puis Marcel rejoint André, son père, durant la Première guerre mondiale, et débute la confection de fleurs de décoration. La maison Guillet réalise notamment dans les années 1950 toutes les vitrines des grands magasins (Printemps, Galeries Lafayette) à Paris. C’est aussi à partir de cette période que des décors grandioses seront reconstitués, place Vendôme, lors de la visite du roi George VI d’Angleterre, mais également pour les vitrines des maisons Hermès, Gucci, Caron, Elisabeth Arden… Les semaines précédant la Sainte-Catherine, de nombreuses catherinettes affluent dans l’atelier pour l’achat de fleurs. En 1970, au départ de son père Marcel, Marcelle Lubrano-Guillet rejoint son mari aux commandes de l’entreprise. Raymond Lubrano poursuit toujours la réalisation de décors de grandes institutions tels les opéras Bastille et Garnier… Jusque dans les années 1980, la maison fleurit le palais des familles royales, des sultans et des princes saoudiens. Le cinéma et la publicité font également appel au talent et au savoir-faire de cette maison. Quant à Marcelle Lubrano-Guillet, elle s’est orientée vers la mode dans les années 1980. Ses premières créations furent pour Féraud, puis pour Chanel. Cette dernière lui ouvre les portes d’autres maisons de couture : Dior, Nina Ricci, Lacroix, Leonard, Guy Laroche, Balenciaga, Yves St-Laurent, Rykiel… Au contact des créateurs, elle appris à ne jamais dire non, même s’il faut parfois relever les défis les plus insensés. L’atelier renferme près de 20 000 outils rachetés au fur et à mesure de la fermeture des maisons. Ils constituent un patrimoine rare. Cette maison emploie une vingtaine de salariés et est situé à Paris, au 1, avenue Daumesnil dans le 12e arrondissement. Pour la pérennité de la maison et le maintien des savoir-faire, la maison Lubrano-Guillet appartient aux métiers d’art de Chanel depuis le 1er mars 2006, et continue par ailleurs à créer pour d’autres couturiers.

Encyclopédie du couvre-chef, Samedi midi éditions, p.199-200

http://www.youtube.com/watch?v=oWDoIc_bBj4

http://www.maitresdart.com/marcelle_guilletlubrano/video.htm

Marcelle Guillet

Chapeaux et couturiers, automne 2011

novembre 3, 2011

Je ne vous cacherez pas la satisfaction que j’ai lorsque je feuillette un magazine de mode où plusieurs mannequins portent des chapeaux. Ce plaisir est fréquent car les chapeaux sont présents dans des publicités de parfums, des publicités de chaussures, sur les têtes de plusieurs vedettes bref, ils sont ENFIN de retour et c’est super! De plus, il y en a pour tous les goûts! Pour l’automne 2011, voici différents modèles vus sur les podiums, les photographies ont été empruntées à Vogue.com

Béret chez Missoni

Casque chez Prada

Casquette chez Hermes

Casquette chez Vuitton

Bibi chez Lanvin

Bibi chez John Galliano

Bibi chez Marc Jacobs

Large chapeau chez Gucci

Chapeau chez Galliano

Larges capelines chez Lanvin

Chapeau chez Dolce & Gabbana

Le CHAPELIER

janvier 25, 2011

CHAPELIER : s.m. – CHAP. Le terme chapelier fait aussi bien référence à l’ouvrier qui fabrique la matière première, tel que le feutre, qu’à celui qui transforme un cône, de feutre ou de paille, en chapeau, qui crée un chapeau de tissu, ou qui le vend (chapelier détaillant). Le plus souvent, chaque ouvrier occupe une fonction bien précise liée à sa spécialisation dans le processus de fabrication : souffleur, bastisseur…pour la fabrication du chapeau de feutre; galetier, monteur…pour la fabrication du haut-de-forme en soie, etc. La corporation des chapeliers est très ancienne et figure dans le livre des métiers d’Étienne Boileau au XIIIe siècle. Onze corporations réunissaient les fabricants de chapeaux : les chapeliers de coton, les aumussiers et les coiffiers, réunis par la suite sous le nom de bonnetiers, les chapeliers de fleurs, les chapeliers de paon, les atournesses, les fourreurs de chapeau, les chapeliers de soie, les chapeliers d’orfroi, les chaperonniers, les chapeliers de feutre. Les chapeliers obtiennent des statuts en 1578, mais il faut attendre 1594 pour qu’une véritable communauté naisse. La corporation parisienne choisit saint Michel comme saint patron, mais d’autres confréries, notamment dans les faubourgs, et également en province, ont préféré saint Jacques le Mineur, saint Jacques le Majeur ou encore saint Philippe.

CHAPELIER DÉTAILLANT : s. m. – CHAP. Personne qui vend des chapeaux. Jusque dans les années 1950, il était courant de trouver, à l’arrière d’une boutique, un petit local qui permettait de reformer ou de bichonner le chapeau d’un client, défraîchi ou passé de mode. Le gérant était d’ailleurs souvent un « ancien du métier », un approprieur, qui avait généralement travaillé dans un atelier et qui décidait d’ouvrir, avec son épouse, garnisseuse, un magasin.

Encyclopédie du couvre-chef, Samedi midi éditions, p. 116

Je lève mon chapeau à ce chapelier dessiné par Sempé.

Et merci Philippe!