Posts Tagged ‘couvre-chef’

Je suis devenu passionnée de chapeaux…

juillet 11, 2013

C’est au Musée du chapeau de Chazelles-sur-Lyon que j’ai connu mon premier coup de coeur pour la chapellerie. Le savoir-faire, les techniques, les matières premières, les artisans, les connaisseurs et le lieu : la table était mise pour que s’opère la magie. C’était en 1991 et j’habitais Marseille.

chapeau feutre musée

Depuis mon retour à Montréal, vingt ans plus tard bien des choses ont changé. Mais des liens professionnels et amicaux me rattachent toujours au musée du chapeau de Chazelles-sur-Lyon. Qu’il s’agisse des expositions auxquelles j’ai participé, des stages que j’ai suivis ou des concours que j’y ai remportés, tout, tant mes innombrables visites que les précieuses amitiés que j’y ai développées continue d’influencer mon travail et contribue à son développement.

C’est à Chazelles en 1992 que j’exposais mes vingt-sept chapeaux sculptures de velours, de lin, d’osier ou de feuilles d’iris. Puis l’année suivante, lors d’un stage, je perfectionnais le travail du feutre auprès d’un chapelier, et celui de la sparterie auprès d’une modiste. En 1995, 97, 99,  je participais aux internationales du chapeau organisées par le musée,  et en 1999 la maison Hermès me décernait  le prix Motsch-Hermès pour ma création Migwan Achtotin (chapeau de plumes, en algonquin). Puis petit à petit, seize de mes chapeaux sculptures ont pris place dans la collection permanente du musée.

C’est aussi par le biais du musée que je reçois les bulletins du club Chapeau Passion. Club qui regroupe des créateurs, des collectionneurs, des porteurs et des amoureux du couvre-chef… de partout à travers le monde. http://www.museeduchapeau.com/le-club-chapeau-passion.html

Alors on ne  s’étonnera pas que j’entretienne un penchant pour ce musée! Que vous soyez amateurs, professionnels ou tout simplement passionnés du chapeau, je vous conseille fortement une visite ou un stage au Musée. J’y étais en avril dernier pour l’inauguration du site La Chapellerie et pour m’initier au travail de la plume auprès de la talentueuse plumassière Nelly Saunier http://www.nelly-saunier.com/. La preuve que j’y étais… une photo avec la modiste Mayumi Takeguchi http://www.naiade-chapeau.com/ et  un reportage diffusé par TF1.

Atelier – Musée du chapeau en vidéo.

Bonne visite! http://www.museeduchapeau.com/

Lucie Grégoire modiste http://www.luciegregoiremodiste.ca/

Mayumi musée

Mayumi Takeguchi et Lucie Grégoire, Musée La Chapellerie

Publicités

Couvre-chef

janvier 22, 2012

  Couvre-chef : s.m. Mot composé de couvrir et de chef (au sens de tête). Ce mot vieilli et un peu précieux aujourd’hui désigne tous les types de vêtements qui se portent sur la tête. À différentes époques et dans la quasi-totalité des cultures du monde, le couvre-chef a été une pièce vestimentaire majeure. Il est signe de pouvoir et de souveraineté. Par exemple, le roi de France restait le chef couvert ainsi que les « princes du sang¨, alors les sujets se découvraient en sa présence. Le couvre-chef remplaçait ainsi la couronne, sauf dans les cérémonies spécifiques comme le sacre ou les réceptions officielles. Ôter son couvre-chef, c’était reconnaître la chaîne du pouvoir. Cette règle a subsisté jusqu’à la Révolution française. Ainsi, la famille royale, arrêtée à Varennes et transférée à Paris, est accueillie par une foule solennelle, dont toutes les têtes restent couvertes, exprimant ainsi le refus du pouvoir du roi.

Couvre-chef et cinéma : CIV. Que ce soit les films de cape et d’épée, les westerns, les films historiques, ceux dont l’action se passe dans le milieu ouvrier, paysan, bourgeois, aristocratique, religieux, militaire, etc., les couvre-chefs coiffant les personnages revêtent une grande importance, car ils situent l’action dans l’histoire et lui donnent des accents d’authenticité. Bien souvent, ils campent un personnage dans une époque, dans son pays, dans son rôle social, lui confèrent un caractère solennel, patibulaire, élégant, minable, comique ou tragique. Plus que des accessoires, ils sont devenus le signe distinctif qui nous permet de les reconnaître immédiatement. Au début du XXe siècle, quand les tops models n’existaient pas, les actrices de théâtre et de cinéma faisaient fonction de modèles.

Encyclopédie du couvre-chef, Samedi midi éditions, p.142 et p.147

Dans le film Les Immortels sorti en novembre dernier, quatre oracles coiffées de voiles de soie rouge portent les couvre-chefs présentés ci-dessous. Ces couvre-chefs de soie brodée ont été conçus par Eiko Ishioka et fabriqués à l’atelier Commeunchapeau.com. Voici un aperçu de la réalisation de ces magnifiques sculptures.

Bonnet d’âne à la ministre de l’éducation

mai 8, 2011

Bonnet d’âne : s.m. – CIV. – Europe*, France*. Chapeau en papier à deux pointes, confectionné par les instituteurs pour la punition des mauvais élèves. Il était utilisé à défaut d’un bonnet de toile assez semblable à celui dont on coiffait  les chevaux pour protéger leurs oreilles des mouches. Ce signe d’infamie était en même temps une injure faite à un animal qui, sous des dehors un peu butés, ne manque pas d’intelligence.

Encyclopédie du couvre-chef, Samedi midi éditions, p. 59

Apprenant dans La Presse de vendredi dernier, qu’un bulletin unique sera en vigueur dès la prochaine rentrée scolaire et que notre ministre de l’éducation fera fi du mécontentement des professeurs, je me suis mise à chauffer. Après la réforme, on veut nous infliger le bulletin unique. Ça sort d’où cette idée de bulletin unique? Les hauts fonctionnaires du ministère de l’éducation ont-ils peur des évaluations? Cela ne va pas bien dans nos écoles et ils s’entêtent à faire pire. Comment font-ils?
J’aimerais voir le portrait de ces fonctionnaires, connaître leurs noms car ils méritent tous un bonnet d’âne.

Pour lire l’article   http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201105/06/01-4396752-bulletin-unique-la-ministre-fait-fi-du-mecontentement.php

Samedi 7 mai dans La Presse, une publicité de la Fédération autonome de l’enseignement renvoie la ministre Line Beauchamp à faire ses devoirs. Les professeurs ne veulent pas de ce bulletin unique et la ministre s’entête, «Comme ministre de l’Éducation, je ne peux pas me donner le défi que tout le monde soit d’accord

C’est à mon avis aux professeurs et aux directions d’école à décider.  Pas à tout le monde!

Le 16 mars dernier, Vincent Marissal journaliste de La Presse a coiffé  la ministre de l’éducation d’un bonnet d’âne , voici le texte http://blogues.cyberpresse.ca/marissal/2011/03/16/le-bonnet-dane-a-la-ministre-de-leducation/.

Alors, cette semaine, je ferai parvenir à la ministre Line Beauchamp un bonnet de coton gris coiffé de deux belles oreilles assez longues pour qu’elle puisse intercepter les réclamations des enseignants (et de la majorité des gens). Parce que qui sait, elle est peut-être sourde?

Vous avez une pensée, un dessin, un mot à partager avec la ministre de l’éducation :

Ministre de l’éducation

Madame Line Beauchamp

1035 rue De la Chevrotière    16e étage

Québec  Québec

G1R 5A5

Bonnet d’âne de Commeunchapeau.com

Stephen Jones – poésie chapelière

mars 20, 2011

Stephen Jones

Les artisans de la chapellerie font  rarement parler d’eux simplement parce que les chapeaux qu’ils créés sont la plupart du temps des accessoires complémentaires aux vêtements et que ces créations sont réalisées en collaboration avec les grands couturiers et les concepteurs de costumes.

Stephen Jones est une exception.

Depuis 1980, ce maître chapelier/modiste crée deux fois par année de magnifiques collections de chapeaux « construites comme des histoires complexes dans lesquelles chaque couvre-chef représenterait un nouveau chapitre ». p.43

Au sujet de ses collections Jones dit : « lorsque je créais un chapeau, je devais concevoir un personnage complet. C’est pour moi l’excitation toute intime que procure la création d’une collection. En passant par les innombrables étapes de sa réalisation – inspiration initiale, recherche, esquisse, passage à la toile, choix des tissus, garnitures et baptème – chaque collection de chapellerie développe progressivement une véritable personnalité ». p 14

Ses collaborations haute couture sont impressionnantes : Marc Jacobs, John Galliano, Claude Montana, Givenchy, Emmanuel Ungaro, Balenciaga, Comme des garçons, Azzedine Alaïa, Dries Van Noten, Jil Sander…la liste est longue.

Au sujet de sa collaboration avec les grands couturiers, il dit  : « La création d’un chapeau est une sorte de conversation. Il s’agit tout simplement d’être en sympathie avec l’autre. C’est une question de respect ». p. 28

Ses collaborations au cinéma : chapeaux pour Audrey Tautou dans Coco avant Chanel en 2009, pour Cate Blanchett dans The Golden Age en 2006….

Sa clientèle : Madonna, Carla Bruni, Anna Piaggi, Björk, Céline Dion, Christina Aguilera, Mick Jagger,….

Audace, intelligence, humour, légèreté, équilibre, beauté sont les mots qui me viennent à l’esprit lorsque les chapeaux de Jones défilent sous mes yeux.

Les citations rapportés plus haut ont été tirées du livre Stephen Jones & l’accent de la mode aux Éditions de la Martinière paru en 2010. John Galliano termine la préface du livre par ce mot

« Prenez du plaisir ! »

C’est ce que j’ai fait en découvrant ce grand créateur de chapeaux, ce grand modiste, ce grand chapelier.

Un pur plaisir visuel


Dior - automne 2011

Marc Jacobs - automne 2011

Coco avant Chanel

Stephen Jones - automne/hiver 1998-1999

http://www.stephenjonesmillinery.com/04biography/cv.php